Cinema Bonne Garde

Association
20, Rue Frère Louis
44200Nantes
France

Présentation

Le cinéma Bonne Garde est né en 1928 avec un 35 mm, mais il avait été précédé en 1925 par un cinéma pour enfants avec un appareil de projection 9,5 mm qui était utilisé pour divertir les enfants dans le cadre de ce que l’on, appelle aujourd’hui un « centre de loisirs » mais qui s’appelait alors “les patros du jeudi” !
Ce n’est pas le premier cinéma à Nantes. Il a fait cependant partie de la famille des "précurseurs", car il est entré, très tôt dans la mutation de l’Eglise vaticane d’abord très “frileuse” pour ne pas dire “hostile” à l'encontre du cinéma qu'elle considérait porteuse de tous les péchés (la violence, l'adultère, les mauvaises mœurs ...).
L'Eglise "vire" ensuite à 180° dans les années 20/30 au point de faire du cinéma un axe majeur de la stratégie des patronages pour la conquête du public, dans un cadre de vive concurrence avec les amicales laïques. Pour donner un ordre d’idée, à la fin des années 20 il y avait 25 salles dont 15 étaient issues des patronages, les autres étaient des sociétés commerciales.
Le cinéma s’est progressivement équipé pour passer du muet au parlant, pour un deuxième projecteur afin d’éviter les “entractes” liés au changement de bobine, puis les superbes appareils sans changement de bobine dont un exemplaire - une pièce de musée - est encore en salle de projection et en état de marche ... puis le numérique ... etc.
Comme tous les cinémas de patronage, tant que ceux-ci ont pu se maintenir, la programmation était “sélectionnée” sur des bases morales et l’usage de la paire de ciseaux pour soustraire certains passages était courant. Cependant, et on le sait moins, faute de production en phase avec l’Eglise, les cinémas paroissiaux ont fait comme tout le monde, en s’adaptant à l’offre, c’est à dire pendant très longtemps ; le divertissement, l’aventure, le mélo.
Ce n’est que depuis l’appropriation presque totale des salles par le seul secteur commercial (dans les années 60) que le cinéma Bonne Garde, comme beaucoup de salles associatives ou indépendantes, a axé sa programmation sur le volet “art et essai”, le cinéma scolaire, les cinés débats ... etc. Remplissant ainsi un rôle citoyen, éducatif, culturel. Aujourd’hui le cinéma Bonne Garde possède deux labels “Art et essai” et “Jeune public”.
Vous êtes, ici, dans une salle qui a le rang de « patrimoine nantais ». Trois raisons à cela. Son âge bien sûr, mais aussi avec le Concorde (autrefois le National) à Chantenay : les deux seuls survivants des cinémas de quartier encore en activité. Et enfin : le cinéma Bonne Garde est aussi le dernier cinéma associatif nantais !
Cinema-Bonne-Garde