Lodenn darn

Musique bretonne
Quentin Bégaud - Alan Tymen

35000Rennes
France

Tél: 06.81.56.24.60


Présentation

C'était début juin et il pleuvait à n'en plus finir sur la forêt, quand bien même un soleil timide perçait çà et là les nuages gris de rayons aussi fins qu'épars. Le toit en tôle résonnait dans la cabane et les grosses gouttes qui glissaient dessus produisaient de sonores « plik » et « plok » dans les seaux de récupération d'eau de pluie. Le poêle donnait à fond et faisait bouger le bois de ma guitare, rendant instable son nouvel accordage, tandis que la flûte en métal de Quentin se gorgeait de cette chaleur bienvenue. Ce matin-là, nous ne savions par où commencer ce qui s'avérait plus une exploration dans l'inconnu qu'une simple répétition.

 

Soudain et sans prévenir, un bruit retentit dans la pièce : bardadao ! Toute une pile de bouquins et de papiers s'étala sur le sol ! Je venais de la bousculer en voulant accéder à une fenêtre pour chasser l'excès de chaleur que le poêle générait. Dans la chute, une carte routière se déplia en partie. En approchant pour ramasser, vous vîmes tous deux un nom : Broons. « Tiens, on essaye le bal de Broons ? » Nous tenions notre premier morceau !

 

Toute la journée durant, animés par un mélange d'exaltation et de concentration, nous fîmes des arrangements et enregistrâmes notre travail en capturant et mêlant le son de la pluie et celui des instruments. Quand vint la fin d'après-midi, nous fîmes taire la flûte et la guitare, et il s'arrêta de pleuvoir. Nous avions le sentiment de tenir quelque chose comme une piste pour l'exploration que nous voulions mener. Et cela nous grisait !

 

Lorsque nous sortîmes, nous étions encore trop imprégnés de notre découverte pour prêter au paysage toute l'attention qu'il méritait. Une trouée de lumière que le soleil frayait entre les nuages traversait les innombrables gouttes d'eau posées sur l'herbe, les feuilles des arbres, des buissons, et sur les épines des pins. Des myriades de feux minuscules scintillaient d'or ; la forêt resplendissait et nous l'ignorions presque. Pourtant, nous étions déjà l'une de ces gouttes d'eau, parmi des milliers d'autres.

 

Alan

Lodenn-Darn